Sneakers cousues main, le making of

J’ai pris quelques petites photos au cours de la réalisation de mes sneakers espadrilles. J’avais envie de les partager, pour les curieux, pour le plaisir…

Voici la gueule de mon patron. Quelle galère pour l’établir! Une multitude de traits… Je m’y suis perdue plus d’une fois en le dessinant!IMG_5978 (2)C’est fou l’énergie que l’on peut déployer dans un projets qui nous plait. En revoyant ces photos, je cerne tout l’espoir de réussite que j’ai mis dans dans cet ouvrage.IMG_5980 (2)Comment il a fallu avancer pas à pas. Rester patiente, laisser le temps à chaque étape de se faire pour que, petit à petit, la vision se concrétise…IMG_5986 (2)La réussite de ce projet tient beaucoup à un savant mélange d’excitation et de patience. D’envie de grandeur et d’humilité face à la matière. D’un brin de folie et de respect des techniques. Ces notions semblent aux antipodes. Je dirais en fait qu’elles forment une belle équipe.IMG_5987 (2)J’ai d’abord réalisé une seule chaussure, car je ne voulais pas m’embrouiller à faire les deux avant d’être certaine que mon patron était conforme. En réalité, j’aurais du faire un test avec une toile, mais pour le coup, je n’en avais pas la patience. J’y ai été au bluff, en croisant les doigts pour que cette première chaussure m’aille comme il faut.IMG_5988 (2)J’ai eu du bol car ça a marché! Enfin, « du bol »… Je précise tout de même que je me suis beaucoup appliquée sur mon patronage, alors cette réussite n’est pas totalement due à la chance. Mais il faut bien le reconnaître, il y a beaucoup de paramètres pour qu’un ouvrage soit réussi. Parfois, ça rate. Même si on s’est appliqué. Quelque chose en cours de route nous échappe et là, c’est la bourde… IMG_6005 (2)Rater, recommencer, re-rater. Ces sont des choses qui demandent beaucoup de mental et de persévérance. Quelle énergie ça prend! Ca me fatigue rien que d’y penser. Pourtant, en couture (entre autres), ça fait partie du jeu. Alors on le joue mais on sait tout de même apprécier une réalisation sans obstacles! IMG_6003 (2)Je m’estime heureuse que ces chaussures ne m’en aient pas trop fait voir. Juste un peu 😛 . Car ça reste un projet qui n’est pas évident et qui sort largement de ce que j’ai l’habitude de réaliser, à savoir des habits. Mais il y a un début à tout, il faut juste trouver la porte d’entrer et y aller pas à pas. Sans s’en dégoûter surtout. IMG_5995 (2)Le fait d’avoir déjà fait des espadrilles classiques, ça m’a donné quelques repères. Notamment pour réaliser ce point de feston:
IMG_6016 (2)Et voilà la travail!IMG_59820 (2)Maintenant que cette première expérience est derrière moi, je réfléchis à tout plein d’idées pour créer de nouveaux modèles. Ca fuse de partout, il me faudrait trois vies lol! 🙂 Le chapitre espadrilles est loin d’être clos, c’est moi qui vous le dis!

Je vous remercie pour vos commentaires d’encouragement autour de ce projet. Vos réactions m’enchantent et me motivent à aller plus loin. Merci 1000 fois pour votre intérêt…

A très vite…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Warning: stripos() expects parameter 1 to be string, array given in /homepages/7/d560622916/htdocs/clickandbuilds/DamnGoodCaramel/wp-includes/formatting.php on line 3786
Share

4 comments on “Sneakers cousues main, le making of

  1. Mathilde
    juin 21, 2016 at 7:17

    Bravo! Elles sont superbes!!! Quel travail!!!

  2. Aurore
    juin 23, 2016 at 10:58

    Je rêve de me faire des chaussures un jour. Celles-ci sont superbes!

  3. L'Usine à Bulle
    juin 30, 2016 at 8:59

    Superbe ce making-of ! Et tes chaussures sont … wahou !

  4. Selly
    septembre 26, 2016 at 2:23

    elles sont superbes!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *