, ,

Bon, ces photos ne sont pas vraiment ce que j’espérais pour mettre en relief ma combishort. Je me suis rendu compte après coup que le mur trop clair en arrière plan a tendance à « noyer » les contours du vêtement. De plus, le soleil faisant quelques percées n’a fait qu’empirer les choses, « cramant » les motifs du tissu… Je le saurai pour la prochaine fois. Mais bon, ça donne quand même un aperçu! Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
, ,

Voici une combishort cousue d’après un patron  du hors série Burda Style Cours de Couture pour débutants. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Voici une nouvelle combi. Mon idée de départ était de créer une pièce en m’inspirant d’un vêtement vu dans le film La La Land. J’avais déjà cousu un tee-shirt inspiré du même film. Mais là, j’ai voulu chercher du côté des robes.
Il est vrai que des robes, il y en a beaucoup dans ce film. Et quelles robes! Elles sont plutôt stylisées bien que pas non plus extravagantes… En tous cas, elles constituent un panel très coloré aux accents rétro. Je trouvais tout ceci vraiment très inspirant… Mais j’ai quand même pris beaucoup de temps pour m’approprier le truc car je me rends compte que je ne porte jamais de robe… C’est pourquoi j’ai imaginé une combi short en guise de compromis. En jaune. Comme la robe portée par Mia (Emma Stone) dans cette fameuse scène elle et Sébastien (Ryan Gosling) font des claquettes.Dancing into Sunday like #EmmaStone and #RyanGosling dancing their hearts out in #LaLaLand! : Dale Robinette: J’ai mélangé ensemble 3 patrons de 3 numéros du magazine Burda pour réaliser ce modèle:

  • 10/14 n° 117: bustier
  • 9/14 n° 131: manches
  • 5/13 n° 129: short

Le tissu employé est un coton bio GOTS de chez tissus.net. Cette couleur est vraiment cool.

Et du coup, j’ai mis mes claquettes pour faire les photos! Y a plus qu’à apprendre la choré. Une formalité… 😛

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Voici une chemise que j’aime beaucoup. C’est la chemise que je portais sous mon trench Luzerne présenté la semaine dernière.En réalité je l’ai cousue il y a un an, mais je n’avais pas encore pris le temps de la partager sur ce blog. Ce petit côté tapisserie vieillotte, c’est bien mon truc en matière de chemise.En couture, quand on aime une couleur, un modèle ou un motif, parfois on entre dans une « période » où on va coudre que de ça. Et c’est ce qui m’est arrivé pour les chemises à fleurs (comme ici par exemple, ou ).Ça fait parfois un peu obsessionnel, et peu varié. Mais si ça nous plait, c’est sûrement parce que c’est une couleur/modèle/motif hyper sympa! Alors on a bien raison d’en faire des éditions sans compter. Jusqu’à ce qu’un beau jour, on passe très simplement à autre chose. Et c’est un peu ce qui m’est arrivé pour les chemises à fleurs!

Chemise: patron magazine Burda 09/09 n°105 – tissu: viscose L’Aiguille Des Pyrenées (Pau)

Pantalon: patron maison – tissu: jean stretch tissus.net

 

Je me rends compte que ça fait un bail que je n’achète plus de tels tissus, sans avoir décidé spécialement que « ça y est j’ai suffisamment de chemises fleuries dans mon armoire ». Mon perpétuel modèle 105 du Burda 09/09 en viscose à motif tapisserie d’antan laisse petit à petit place à de nouvelles envies, de nouveaux modèles, de nouvelles idées… Et renouveler ses inspirations ça permet aussi d’expérimenter des choses inédites! Comme la doudoune matelassée que j’ai tenté cet hiver par exemple (expérience complètement inédite!). Ou encore ce trench Luzerne de la nouvelle collection Deer and Doe, moi qui n’avait jamais cousu leurs patrons (super découverte!)…

Je me demande ce que sera ma prochaine idée fixe couturesque… 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Voici ma nouvelle réalisation: une combinaison.Mon patron de départ était celui d’une combi short portefeuille (magazine Burda mai 2013).Je l’ai modifié pour transformer le haut en chemise. Je vous en avais déjà présenté une version l’an dernier. Celle-ci est faite dans une viscose à motifs cachemire de chez Toto (déjà travaillée en chemise simple).Cette version à moins de tenue que la précédente qui était faite dans un genre de popeline de coton si je me souviens bien. La combi avait un aspect plus rigide. Le short était plus bouffant et les épaules de la chemise étaient plus carrées. Je ne saurais dire l’effet que je préfère. Je pense que c’est tout à fait différent et que ces deux tombés ont chacun leurs avantages et que je saurai les apprécier selon mon humeur.

Sur le coup, je la trouvais un peu ratée cette combi. Pas vraiment à mon goût question tombé, justement. En réalité quand c’est comme ça, il vaut mieux que je lâche prise sur l’analyse du vêtement. En effet, quand un ouvrage est terminé, je l’observe sous tous ses aspects pour savoir ce que j’en pense. Mais c’est pas vraiment très constructif car je n’ai pas de recul.Je trouve que la couture, ça peut être très prise de tête. Surtout quand on a appris seul. Ca fait beaucoup réfléchir. Pendant la confection, il faut calculer, expérimenter, observer ce qui fonctionne et ce qui fonctionne moins. Savoir se remettre en cause pour s’améliorer, mais aussi être capable de foncer pour aller au bout d’un objectif. Du coup, quand le vêtement est terminé, j’essaie de couper court à l’analyse. J’évite d’inspecter le vêtement pour déterminer s’il est réussi ou non. Ce qui est fait est fait lol. Je laisse reposer la pâte, et on verra bien à l’usage si j’ai plaisir à arborer ma création ou non.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
, , , ,

Après avoir vu pour la première fois le film Breakfast at Tiffany’s il y a quelques jours, je me suis fait un sweat gris dans le style de celui que porte Audrey Hepburn dans la scène où elle joue de la guitare à la fenêtre de son appartement. Puis j’ai concocté une vidéo dans laquelle je joue Moon River, la chanson en question, au ukulele, avec sur le dos, une tenue entièrement faite main!6aaddea2ca786780d9ac7828c366b5ca

Pour les ukulelistes qui me lisent, vous pouvez trouver un très bon tutoriel vidéo pour apprendre à jouer Moon River sur la chaîne Youtube Cynthia Lin Music. Retrouvez aussi la jolie séquence du film Breakfast at Tiffany’s qui m’a inspirée cette vidéo.

img_1484-copie

Pour ce projet, j’ai utilisé le patron de sweat Maelle du livre Coudre le stretch de Marie Poisson. Je l’ai acheté tout récemment, lors de mon passage au salon La Grande Mercerie qui s’est tenu à Paris fin novembre. Marie Poisson y était pour dédicacer son livre. J’ai donc eu le grand plaisir de la rencontrer, de faire un peu sa connaissance et de repartir avec mon exemplaire de Coudre le stretch sous le bras. C’est un livre vraiment très intéressant avec des explications sur les matières extensibles. De précieuses ressources lorsque l’on travaille ce type de tissus.Afficher l'image d'origine

J’avais déjà eu l’occasion de manipuler le jersey pour de nombreux projets auparavant. Donc je ne partais pas novice dans ma réalisation du sweat Maelle. Mais j’ai grandement apprécié les indications de Marie Poisson pour garantir de bons résultats. Il y avait en effet bien des aspects de la couture du stretch qui m’échappaient.img_1357-copieimg_1347-copieimg_1465-copie

Le Maelle, c’est le sweat rétro par excellence. Avec ses manches raglan, il rappelle l’uniforme des joueurs de base-ball. Ce petit côté vintage a motivé mon choix pour essayer de coller au sweat de Holly, l’héroïne de Breakfast at Tiffany’s, un film datant de 1961.

Pour m’approcher le plus possible de la tenue de Holly dans cette scène, j’ai enfilé un jean que j’avais dans mon armoire, cousu main par mes soins tant qu’à faire. img_1490-copieimg_1439-copieC’est le jean 5 poches du magazine Burda du mois de mars 2014, cousu il y a quelques années déjà, dans un jean, un peu trop rigide à mon goût…

Et puis j’ai chaussé des ballerines, toujours selon la tenue de Holly, que j’ai réalisées l’an dernier. C’était une première pour moi. Ma première paire de ballerines maison. Elle ne sont pas complètement réussies mais c’est bon début.IMG_5656 (2)IMG_5686IMG_4833

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Pour aller avec mes espadrilles façon Stan Smith, j’ai entrepris la confection d’une chemise et d’un pantalon.img_9272-copie-copieCette fois, ci, j’ai fait une recherche de couleur. En juxtaposant un tissu bleu électrique avec un tissu brun roux, j’ai trouvé que les couleurs étaient respectivement renforcées. Je ne m’y connais pas plus que ça en technique des couleurs, mais comme dans un peu tous les domaines, j’aime bien tester des trucs, et voir ce qui se passe. Parfois, j’aime pas ce que je vois, et parfois oui, comme c’est le cas ici. Ça, c’est ma jauge: « est-ce que j’aime ce que je vois? »img_9958-copie

En tout cas, quand j’ai une petite intuition, ou tout simplement une envie (comme ici avec ce jeu de couleurs), même si ça peut paraître idiot ou mal barré, j’ai à cœur d’essayer. Dans la musique, je suis pareil. Quand on compose à plusieurs, et que quelqu’un à une idée, une envie, une intuition, je dis toujours: « on discute pas, on essaie ». Souvent, avant d’obtenir un bon résultat, il faut tâtonner et se tromper plusieurs fois. L’important, c’est d’avoir l’énergie de recommencer et de cultiver le plaisir de faire. Et quand on réussi son ouvrage, on se serre la pince et on savoure l’instant. img_9993-copieSi vous me lisez régulièrement, vous ne serez pas surpris d’apprendre que ce patron est le modèle n° 105 du magazine Burda du mois de septembre 2009. Un patron que je couds hyper souvent car le tombé me plait beaucoup. La base de mon vestiaire.img_0032-copie Je me rends compte en discutant avec les uns et les autres que beaucoup de couturiers amateurs présents sur la toile adorent découvrir des patrons qu’ils ne connaissent pas déjà. Je constate que ça circule. Il y a régulièrement beaucoup de nouveautés qui sortent, et les utilisateurs semblent aimer les tester pour se faire un avis. Je trouve ça génial car ça crée de la diversité, de l’envie et de l’expertise chez les passionnés. De mon côté, je dois dire, que je ne m’identifie pas dans cette tendance. J’ai quelques patrons que je couds souvent, et je n’en découvre des nouveaux que très rarement. Je ne suis pas du tout à l’aise dans le fait de découvrir les éléments de langage propres à chaque marque. Rentrer dans l’univers, le système d’un éditeur de patron que je découvre pour la première me demande beaucoup de concentration. Est-ce qu’il taille grand, est-ce qu’il taille petit? Où sont les informations sur les marges de couture? Les étapes sont elles suffisamment détaillées? Souvent, je me dis que ç’aurait été moi, j’aurais conçu les assemblages du vêtement différemment. Je pense que si je sors de ce que je connais, j’ai du mal. C’est drôle non? On est tous différents. et c’est ça que j’aime dans l’artisanat. Même si on peut codifier les techniques, chaque personne a son propre enchaînement d’idée, et son propre confort dans ses gestes. Vive la diversité!img_0023-copieBonne semaine!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
, , , ,

J’ai terminé la confection de mes espadrilles façon Stan Smith! Et je ne suis pas peu fière. Je sens que je gravis une par une les marches de l’univers de la cordonnerie.Tranquillement, petit à petit (j’entends « sans formation intense »). Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Après les espadrilles basques, voici mon nouveau t-shirt, fraîchement cousu. Cette tenue, c’est ma « spécial canicule ». Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Après les derbies Pocahontas et le slim bleu dur, focus sur ma chemise à motifs cachemire.

C’est la dernière pièce de ma tenue intégralement cousue main du moment. J’aime bien ce support de travail. Je peux déjà vous dire que c’est quelque chose que je vais développer lors de mes  futures publications d’articles. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share