, ,

Bon, ces photos ne sont pas vraiment ce que j’espérais pour mettre en relief ma combishort. Je me suis rendu compte après coup que le mur trop clair en arrière plan a tendance à « noyer » les contours du vêtement. De plus, le soleil faisant quelques percées n’a fait qu’empirer les choses, « cramant » les motifs du tissu… Je le saurai pour la prochaine fois. Mais bon, ça donne quand même un aperçu! Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
, ,

Voici une combishort cousue d’après un patron  du hors série Burda Style Cours de Couture pour débutants. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

J’ai découvert les patrons de Mr est une traînée. Moi qui souhaitais m’aventurer un peu dans la couture de lingerie, j’ai trouvé grande satisfaction avec les modèles Jayne, le soutien gorge, et Bonnie la culotte.Je suis vraiment enchantée par l’expérience car je me disais que de prime abord, la lingerie, ça n’avait pas l’air évident. Déjà, au moment de réunir le matériel, les métrages et les petits anneaux (sur Mercerie extra), je m’emmêlais les pinceaux sur les quantité, confondais les différentes qualités d’élastiques… Ça commençait bien! Question tissus, j’ai pu utiliser des chutes d’une ancienne réalisation en maille piqué.

La lingerie, c’est en fait comme la chaussure. Il y a beaucoup de tout petits éléments qui structurent l’objet et toute une logique à capter…

Par ailleurs, la couture de la maille ou encore la pose d’élastiques, ça n’est pas si simple. Surtout si l’on veut obtenir des finitions les plus fines possibles.Bref, plutôt ardu tout ça. Du coup, en réalisant la culotte Bonnie, j’ai commencé à me détendre car Milena, la créatrice des patrons Mr est une traînée, fourni des instructions d’une grande qualité et l’on sent que tout est conçu pour favoriser la réussite de son modèle. Tellement gratifiant! Ça donne envie d’aller plus loin… Pour coudre facilement maille et élastiques à la piqueuse plate, j’ai utilisé le pied transporteur de ma Bernina 215. Les coutures sont régulières et ne gondolent pas.
Ceci dit, cette culotte me va un peu trop petit. Il va falloir que je me penche sur d’autres tests.J’ai ensuite enchaîné sur la réalisation du soutien gorge Jayne. Même constat: les instructions sont limpides et le patron est très bien fait. Et j’ai été bluffée par le seyant au moment de l’essayage…J’ai très envie d’en faire plein d’autres. J’espère trouver le temps ces prochains jours…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Voici une nouvelle combi. Mon idée de départ était de créer une pièce en m’inspirant d’un vêtement vu dans le film La La Land. J’avais déjà cousu un tee-shirt inspiré du même film. Mais là, j’ai voulu chercher du côté des robes.
Il est vrai que des robes, il y en a beaucoup dans ce film. Et quelles robes! Elles sont plutôt stylisées bien que pas non plus extravagantes… En tous cas, elles constituent un panel très coloré aux accents rétro. Je trouvais tout ceci vraiment très inspirant… Mais j’ai quand même pris beaucoup de temps pour m’approprier le truc car je me rends compte que je ne porte jamais de robe… C’est pourquoi j’ai imaginé une combi short en guise de compromis. En jaune. Comme la robe portée par Mia (Emma Stone) dans cette fameuse scène elle et Sébastien (Ryan Gosling) font des claquettes.Dancing into Sunday like #EmmaStone and #RyanGosling dancing their hearts out in #LaLaLand! : Dale Robinette: J’ai mélangé ensemble 3 patrons de 3 numéros du magazine Burda pour réaliser ce modèle:

  • 10/14 n° 117: bustier
  • 9/14 n° 131: manches
  • 5/13 n° 129: short

Le tissu employé est un coton bio GOTS de chez tissus.net. Cette couleur est vraiment cool.

Et du coup, j’ai mis mes claquettes pour faire les photos! Y a plus qu’à apprendre la choré. Une formalité… 😛

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Voici mon Luzerne, le trench de la nouvelle collection Deer and Doe!
Je suis très contente de cette expérience couture! Je n’avais jamais cousu du Deer and Doe, et parallèlement, j’en ai toujours entendu beaucoup de bien. Il se trouve que cette jolie marque m’a sollicitée pour faire une réalisation en avant première. Ce fut l’occasion pour moi d’expérimenter Luzerne.Je me suis donc lancée dans la confection de ce trench qui possède beaucoup de jolis détails et finitions.On a les boutonnières passepoilées, les coutures gansées de biais étant donné qu’il s’agit d’une veste non doublée, les découpes princesses… Bref, tout un tas d’éléments que je trouve tout à fait charmants et qui donnent envie de s’appliquer pour avoir un résultat soigné.Il y a quelques années, j’avais pour projet de me coudre un trench justement. J’avais commencé à acheter les fournitures (chez Cousette). Mais ça ne s’est jamais fait finalement.

Je trouvais qu’un trench était une belle pièce en soi et que comme tous les vêtements issus du vestiaire militaire, elle possède des détails chargés d’histoire. Et puis pour moi, le trench ça représente le lieutenant Columbo (que j’adore) et, dans un registre plus élégant, le beau Humphrey Bogart.

Du coup, j’avais déjà ma gabardine dans un placard, prête à se faire luzerner.
J’avoue que je n’étais pas sûre que cette taille marquée m’irait/me plairait. De même pour les découpes princesse. Je me disais que Luzerne semblait fait pour être porté sur une robe… Moi qui n’en mets presque jamais… Je ne savais pas bien si cette coupe conviendrait à mon style et à ma morphologie.En définitive, je suis complètement convaincue, et j’ajouterai que je ne pensais pas que cette veste pourrait autant me plaire.Bravo à Deer and Doe pour cette qualité à tous les étages. La coupe est vraiment bien étudiée; les explications sont sans équivoque.Au sortir de cette réalisation, j’ai le sentiment d’avoir cousu de la qualité. De plus, cette pièce vers laquelle je ne serais pas allée de moi même a eu le mérite de me sortir de ma zone de confort et de casser mon train-train couture. Alors que je peux parfois m’endormir en faisant des pièces routinières (jeans et chemises), là, j’ai cousu en étant alerte sur chaque étape (quand on ne connaît ni le patron, ni la syntaxe de la marque, il vaut mieux se concentrer oui!). Et ce fut bien agréable!Je suis impatiente de voir vos Luzerne!

A bientôt…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

J’ai cousu un Briac issu du livre de Marie Poisson « Coudre le stretch ». J’ai acheté ce livre il y a quelques mois et je le découvre projet après projet avec un grand plaisir. Après m’être cousu un sweat Maëlle à Noël, j’ai expérimenté un tee shirt Briac.Il s’agit d’un basique dont Marie Poisson propose une multitude de déclinaisons: manches longues, manches 3/4, manches courtes, encolure en V, encolure carrée etc… En tout, 96 versions sont possibles! En ce qui me concerne, je l’ai réalisé en version tee shirt dans un joli jersey GOTS de chez tissus.net. J’ai choisi de couper mon modèle 2 tailles au-dessus de la mienne car je préfère mes tee shirts quand ils sont un peu amples. Je l’ai fait en manches courtes, longueur moyenne, légèrement raccourcie. Quant à l’encolure, j’ai choisi la ronde dégagée, que j’ai légèrement modifiée pour monter un empiècement dans un tissu contrastant.Car j’avais en tête ce tee shirt vu dans le film La La Land.Il n’y a pas que le tee shirt qui m’a plu dans ce film. J’ai également beaucoup aimé la bande originale. Et du coup, à force de l’écouter, je pense que je la connais par coeur. Lorsque je ne l’écoute pas dans mes enceintes, c’est dans ma tête que ça passe en boucle lol.J’ai déchiffré le morceau City of Stars au ukulélé, histoire de la jouer en boucle à la maison!!La La Land - City of Stars - Justin Hurwitz | Piano Plateau Sheet Music:

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Pour aller avec mes espadrilles façon Stan Smith, j’ai entrepris la confection d’une chemise et d’un pantalon.img_9272-copie-copieCette fois, ci, j’ai fait une recherche de couleur. En juxtaposant un tissu bleu électrique avec un tissu brun roux, j’ai trouvé que les couleurs étaient respectivement renforcées. Je ne m’y connais pas plus que ça en technique des couleurs, mais comme dans un peu tous les domaines, j’aime bien tester des trucs, et voir ce qui se passe. Parfois, j’aime pas ce que je vois, et parfois oui, comme c’est le cas ici. Ça, c’est ma jauge: « est-ce que j’aime ce que je vois? »img_9958-copie

En tout cas, quand j’ai une petite intuition, ou tout simplement une envie (comme ici avec ce jeu de couleurs), même si ça peut paraître idiot ou mal barré, j’ai à cœur d’essayer. Dans la musique, je suis pareil. Quand on compose à plusieurs, et que quelqu’un à une idée, une envie, une intuition, je dis toujours: « on discute pas, on essaie ». Souvent, avant d’obtenir un bon résultat, il faut tâtonner et se tromper plusieurs fois. L’important, c’est d’avoir l’énergie de recommencer et de cultiver le plaisir de faire. Et quand on réussi son ouvrage, on se serre la pince et on savoure l’instant. img_9993-copieSi vous me lisez régulièrement, vous ne serez pas surpris d’apprendre que ce patron est le modèle n° 105 du magazine Burda du mois de septembre 2009. Un patron que je couds hyper souvent car le tombé me plait beaucoup. La base de mon vestiaire.img_0032-copie Je me rends compte en discutant avec les uns et les autres que beaucoup de couturiers amateurs présents sur la toile adorent découvrir des patrons qu’ils ne connaissent pas déjà. Je constate que ça circule. Il y a régulièrement beaucoup de nouveautés qui sortent, et les utilisateurs semblent aimer les tester pour se faire un avis. Je trouve ça génial car ça crée de la diversité, de l’envie et de l’expertise chez les passionnés. De mon côté, je dois dire, que je ne m’identifie pas dans cette tendance. J’ai quelques patrons que je couds souvent, et je n’en découvre des nouveaux que très rarement. Je ne suis pas du tout à l’aise dans le fait de découvrir les éléments de langage propres à chaque marque. Rentrer dans l’univers, le système d’un éditeur de patron que je découvre pour la première me demande beaucoup de concentration. Est-ce qu’il taille grand, est-ce qu’il taille petit? Où sont les informations sur les marges de couture? Les étapes sont elles suffisamment détaillées? Souvent, je me dis que ç’aurait été moi, j’aurais conçu les assemblages du vêtement différemment. Je pense que si je sors de ce que je connais, j’ai du mal. C’est drôle non? On est tous différents. et c’est ça que j’aime dans l’artisanat. Même si on peut codifier les techniques, chaque personne a son propre enchaînement d’idée, et son propre confort dans ses gestes. Vive la diversité!img_0023-copieBonne semaine!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Après les espadrilles basques, voici mon nouveau t-shirt, fraîchement cousu. Cette tenue, c’est ma « spécial canicule ». Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
, ,

Après avoir créé plusieurs espadrilles fantaisies (grâce aux semelles Prym), je me suis employée à confectionner un modèle classique d’espadrille traditionnelle. J’ai bien ouvert les yeux dès que j’en croisais aux pieds de mes amis. Je m’étais aperçue que je connaissais très bien mes modèles de sneakers ou de derbies mais plutôt mal la version traditionnelle. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
, , , , ,

 

Pour commencer cet article, je tiens à vous remercier pour le formidable accueil que vous avez réservé à la parution du tutoriel des sneakers en shweshwe. Je suis absolument ravie de constater que ce modèle vous plait et vous donne envie de vous lancer dans sa réalisation. J’espère qu’elle vous donnera du plaisir autant dans la confection que dans le fait de porter vos chaussures cousues main.

Aujourd’hui, je vous présente une version que j’ai cousue pour ma maman. La semaine dernière, je lui ai fait essayer mes sneakers et elle a adoré. Non seulement le visuel avec le joli tissu africain, mais aussi le confort au porté. Alors je lui ai offert de lui confectionner sa paire, avec le shweshwe de son choixchoix (je me trouve drôle). Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share