J’ai découvert les patrons de Mr est une traînée. Moi qui souhaitais m’aventurer un peu dans la couture de lingerie, j’ai trouvé grande satisfaction avec les modèles Jayne, le soutien gorge, et Bonnie la culotte.Je suis vraiment enchantée par l’expérience car je me disais que de prime abord, la lingerie, ça n’avait pas l’air évident. Déjà, au moment de réunir le matériel, les métrages et les petits anneaux (sur Mercerie extra), je m’emmêlais les pinceaux sur les quantité, confondais les différentes qualités d’élastiques… Ça commençait bien! Question tissus, j’ai pu utiliser des chutes d’une ancienne réalisation en maille piqué.

La lingerie, c’est en fait comme la chaussure. Il y a beaucoup de tout petits éléments qui structurent l’objet et toute une logique à capter…

Par ailleurs, la couture de la maille ou encore la pose d’élastiques, ça n’est pas si simple. Surtout si l’on veut obtenir des finitions les plus fines possibles.Bref, plutôt ardu tout ça. Du coup, en réalisant la culotte Bonnie, j’ai commencé à me détendre car Milena, la créatrice des patrons Mr est une traînée, fourni des instructions d’une grande qualité et l’on sent que tout est conçu pour favoriser la réussite de son modèle. Tellement gratifiant! Ça donne envie d’aller plus loin… Pour coudre facilement maille et élastiques à la piqueuse plate, j’ai utilisé le pied transporteur de ma Bernina 215. Les coutures sont régulières et ne gondolent pas.
Ceci dit, cette culotte me va un peu trop petit. Il va falloir que je me penche sur d’autres tests.J’ai ensuite enchaîné sur la réalisation du soutien gorge Jayne. Même constat: les instructions sont limpides et le patron est très bien fait. Et j’ai été bluffée par le seyant au moment de l’essayage…J’ai très envie d’en faire plein d’autres. J’espère trouver le temps ces prochains jours…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Voici une nouvelle combi. Mon idée de départ était de créer une pièce en m’inspirant d’un vêtement vu dans le film La La Land. J’avais déjà cousu un tee-shirt inspiré du même film. Mais là, j’ai voulu chercher du côté des robes.
Il est vrai que des robes, il y en a beaucoup dans ce film. Et quelles robes! Elles sont plutôt stylisées bien que pas non plus extravagantes… En tous cas, elles constituent un panel très coloré aux accents rétro. Je trouvais tout ceci vraiment très inspirant… Mais j’ai quand même pris beaucoup de temps pour m’approprier le truc car je me rends compte que je ne porte jamais de robe… C’est pourquoi j’ai imaginé une combi short en guise de compromis. En jaune. Comme la robe portée par Mia (Emma Stone) dans cette fameuse scène elle et Sébastien (Ryan Gosling) font des claquettes.Dancing into Sunday like #EmmaStone and #RyanGosling dancing their hearts out in #LaLaLand! : Dale Robinette: J’ai mélangé ensemble 3 patrons de 3 numéros du magazine Burda pour réaliser ce modèle:

  • 10/14 n° 117: bustier
  • 9/14 n° 131: manches
  • 5/13 n° 129: short

Le tissu employé est un coton bio GOTS de chez tissus.net. Cette couleur est vraiment cool.

Et du coup, j’ai mis mes claquettes pour faire les photos! Y a plus qu’à apprendre la choré. Une formalité… 😛

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Voici une chemise que j’aime beaucoup. C’est la chemise que je portais sous mon trench Luzerne présenté la semaine dernière.En réalité je l’ai cousue il y a un an, mais je n’avais pas encore pris le temps de la partager sur ce blog. Ce petit côté tapisserie vieillotte, c’est bien mon truc en matière de chemise.En couture, quand on aime une couleur, un modèle ou un motif, parfois on entre dans une « période » où on va coudre que de ça. Et c’est ce qui m’est arrivé pour les chemises à fleurs (comme ici par exemple, ou ).Ça fait parfois un peu obsessionnel, et peu varié. Mais si ça nous plait, c’est sûrement parce que c’est une couleur/modèle/motif hyper sympa! Alors on a bien raison d’en faire des éditions sans compter. Jusqu’à ce qu’un beau jour, on passe très simplement à autre chose. Et c’est un peu ce qui m’est arrivé pour les chemises à fleurs!

Chemise: patron magazine Burda 09/09 n°105 – tissu: viscose L’Aiguille Des Pyrenées (Pau)

Pantalon: patron maison – tissu: jean stretch tissus.net

 

Je me rends compte que ça fait un bail que je n’achète plus de tels tissus, sans avoir décidé spécialement que « ça y est j’ai suffisamment de chemises fleuries dans mon armoire ». Mon perpétuel modèle 105 du Burda 09/09 en viscose à motif tapisserie d’antan laisse petit à petit place à de nouvelles envies, de nouveaux modèles, de nouvelles idées… Et renouveler ses inspirations ça permet aussi d’expérimenter des choses inédites! Comme la doudoune matelassée que j’ai tenté cet hiver par exemple (expérience complètement inédite!). Ou encore ce trench Luzerne de la nouvelle collection Deer and Doe, moi qui n’avait jamais cousu leurs patrons (super découverte!)…

Je me demande ce que sera ma prochaine idée fixe couturesque… 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Voici mon Luzerne, le trench de la nouvelle collection Deer and Doe!
Je suis très contente de cette expérience couture! Je n’avais jamais cousu du Deer and Doe, et parallèlement, j’en ai toujours entendu beaucoup de bien. Il se trouve que cette jolie marque m’a sollicitée pour faire une réalisation en avant première. Ce fut l’occasion pour moi d’expérimenter Luzerne.Je me suis donc lancée dans la confection de ce trench qui possède beaucoup de jolis détails et finitions.On a les boutonnières passepoilées, les coutures gansées de biais étant donné qu’il s’agit d’une veste non doublée, les découpes princesses… Bref, tout un tas d’éléments que je trouve tout à fait charmants et qui donnent envie de s’appliquer pour avoir un résultat soigné.Il y a quelques années, j’avais pour projet de me coudre un trench justement. J’avais commencé à acheter les fournitures (chez Cousette). Mais ça ne s’est jamais fait finalement.

Je trouvais qu’un trench était une belle pièce en soi et que comme tous les vêtements issus du vestiaire militaire, elle possède des détails chargés d’histoire. Et puis pour moi, le trench ça représente le lieutenant Columbo (que j’adore) et, dans un registre plus élégant, le beau Humphrey Bogart.

Du coup, j’avais déjà ma gabardine dans un placard, prête à se faire luzerner.
J’avoue que je n’étais pas sûre que cette taille marquée m’irait/me plairait. De même pour les découpes princesse. Je me disais que Luzerne semblait fait pour être porté sur une robe… Moi qui n’en mets presque jamais… Je ne savais pas bien si cette coupe conviendrait à mon style et à ma morphologie.En définitive, je suis complètement convaincue, et j’ajouterai que je ne pensais pas que cette veste pourrait autant me plaire.Bravo à Deer and Doe pour cette qualité à tous les étages. La coupe est vraiment bien étudiée; les explications sont sans équivoque.Au sortir de cette réalisation, j’ai le sentiment d’avoir cousu de la qualité. De plus, cette pièce vers laquelle je ne serais pas allée de moi même a eu le mérite de me sortir de ma zone de confort et de casser mon train-train couture. Alors que je peux parfois m’endormir en faisant des pièces routinières (jeans et chemises), là, j’ai cousu en étant alerte sur chaque étape (quand on ne connaît ni le patron, ni la syntaxe de la marque, il vaut mieux se concentrer oui!). Et ce fut bien agréable!Je suis impatiente de voir vos Luzerne!

A bientôt…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

De la même façon que la dernière fois, j’ai cousu un pantalon pour mon copain.C’est un jean slim patronné par mes soins d’après un de ses pantalons. Je lui avait donc offert une première version cousue en secret pour son anniversaire. Un modèle validé par l’intéressé. A refaire sans contre-indication 🙂
Cette couleur est très cool, il l’aime beaucoup. C’est une gabardine de chez Mondial Tissus, légèrement extensible (malheureusement plus disponible). 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Voici ma nouvelle réalisation: une combinaison.Mon patron de départ était celui d’une combi short portefeuille (magazine Burda mai 2013).Je l’ai modifié pour transformer le haut en chemise. Je vous en avais déjà présenté une version l’an dernier. Celle-ci est faite dans une viscose à motifs cachemire de chez Toto (déjà travaillée en chemise simple).Cette version à moins de tenue que la précédente qui était faite dans un genre de popeline de coton si je me souviens bien. La combi avait un aspect plus rigide. Le short était plus bouffant et les épaules de la chemise étaient plus carrées. Je ne saurais dire l’effet que je préfère. Je pense que c’est tout à fait différent et que ces deux tombés ont chacun leurs avantages et que je saurai les apprécier selon mon humeur.

Sur le coup, je la trouvais un peu ratée cette combi. Pas vraiment à mon goût question tombé, justement. En réalité quand c’est comme ça, il vaut mieux que je lâche prise sur l’analyse du vêtement. En effet, quand un ouvrage est terminé, je l’observe sous tous ses aspects pour savoir ce que j’en pense. Mais c’est pas vraiment très constructif car je n’ai pas de recul.Je trouve que la couture, ça peut être très prise de tête. Surtout quand on a appris seul. Ca fait beaucoup réfléchir. Pendant la confection, il faut calculer, expérimenter, observer ce qui fonctionne et ce qui fonctionne moins. Savoir se remettre en cause pour s’améliorer, mais aussi être capable de foncer pour aller au bout d’un objectif. Du coup, quand le vêtement est terminé, j’essaie de couper court à l’analyse. J’évite d’inspecter le vêtement pour déterminer s’il est réussi ou non. Ce qui est fait est fait lol. Je laisse reposer la pâte, et on verra bien à l’usage si j’ai plaisir à arborer ma création ou non.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

J’ai cousu un Briac issu du livre de Marie Poisson « Coudre le stretch ». J’ai acheté ce livre il y a quelques mois et je le découvre projet après projet avec un grand plaisir. Après m’être cousu un sweat Maëlle à Noël, j’ai expérimenté un tee shirt Briac.Il s’agit d’un basique dont Marie Poisson propose une multitude de déclinaisons: manches longues, manches 3/4, manches courtes, encolure en V, encolure carrée etc… En tout, 96 versions sont possibles! En ce qui me concerne, je l’ai réalisé en version tee shirt dans un joli jersey GOTS de chez tissus.net. J’ai choisi de couper mon modèle 2 tailles au-dessus de la mienne car je préfère mes tee shirts quand ils sont un peu amples. Je l’ai fait en manches courtes, longueur moyenne, légèrement raccourcie. Quant à l’encolure, j’ai choisi la ronde dégagée, que j’ai légèrement modifiée pour monter un empiècement dans un tissu contrastant.Car j’avais en tête ce tee shirt vu dans le film La La Land.Il n’y a pas que le tee shirt qui m’a plu dans ce film. J’ai également beaucoup aimé la bande originale. Et du coup, à force de l’écouter, je pense que je la connais par coeur. Lorsque je ne l’écoute pas dans mes enceintes, c’est dans ma tête que ça passe en boucle lol.J’ai déchiffré le morceau City of Stars au ukulélé, histoire de la jouer en boucle à la maison!!La La Land - City of Stars - Justin Hurwitz | Piano Plateau Sheet Music:

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Ma dernière réalisation est un blouson façon doudoune. Habituellement l’hiver, je porte un manteau mi-long en drap de laine que je me suis cousu il y a quelques années.

Mais là, j’ai voulu un manteau à l’allure plus « sports d’hiver » et plus pratique pour les balades en plein air du dimanche. Du coup, je me suis lancée dans le format doudoune, avec son matelassage et sa capuche à fausse fourrure. Un projet qui m’a demandé patience et réflexion car je ne savais pas bien quel patron ni quelle matière je pouvais trouver dans le commerce pour coudre ce type de manteau.
J’ai travaillé d’après le patron de la veste Blossom du La Maison Victor de mars/avril 2015. Il s’agit d’un genre de bomber que j’avais déjà cousu pour ma veste Marty McFly pendant mon hommage au film Retour vers le futurIMG_2676J’ai eu pas mal de travail pour modifier le patron et établir les pièces de la doublure. Car le patron de la veste Blossom n’en comporte pas. J’ai dû aussi m’appliquer pour créer une capuche.
Le tissu extérieur est en fait de la gabardine que j’ai moi même matelassée. J’ai donc taillé mes pièces une fois dans la gabardine, deux fois dans de la ouatine. Je les ai ensuite superposées, puis j’ai réalisé des surpiqûres transversales à intervalles réguliers, saisissant les épaisseurs ensemble. A cette occasion j’ai pu tester le pied transporteur que j’ai acheté avec ma Bernina 215 il y a quelques mois, approprié pour le matelassage. Il m’a été bien utile car ce n’est pas évident de piquer toutes ces épaisseurs tout en restant précis. Comme pour la confection des poches par exemple:
J’ai inséré du bord côte à l’intérieur de la manche afin de ne pas laisser passer l’air. Très efficace pour être bien au chaud.

Matériel employé:

Les fournitures que j’ai employées viennent toutes de la boutique en ligne tissus.net, exceptée la fausse fourrure qui borde la capuche (il s’agit d’une chute que j’avais sous la main achetée il y a longtemps chez Mondial Tissus).


gabardine noire

ouatine

bord côte

doublure

fermeture éclair séparable 70 cm

fermetures éclair non séparables 16 cm
Mon jean est également cousu main par mes soins d’après un patron maison avec du jean stretch de chez
tissus.net.
Pour finir, voici une vidéo dans laquelle je reprends la chanson des Fleet Foxes « White Winter Hymnal ». Une chanson qui parle de l’hiver et que j’ai fredonné sans arrêt pendant la confection de ce manteau! (Allez jeter un oeil au clip officiel du groupe, il est très chouette!)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Bonjour!

Voici quelques photos des étapes par les quelles je suis passée pour fabriquer ce porte monnaie, ce sac banane façon cartable.D’abord j’ai dessiné les plans de l’objet, ce qui m’a permis de le comprendre dans sa forme globale, mais aussi de déterminer les pièces qui le composent, leurs formes, leurs dimensions et la façon dont elles s’agencent entre elles. J’ai découpé mon patron dans du papier kraft, marges de couture comprise (environ 3 mm). J’ai en suite coupé les pièces dans le cuir avec un cutter rotatif. J’ai aminci les bords de couture avec l’outil multi-fonction Dremel qui a une fonction ponçage.
Ensuite j’ai pré-assemblé les pièces à la colle néoprène avant de les piquer à la machine à coudre en ayant bien pris soin d’installer une aiguille spécial cuir ainsi que mon pied presseur #55 Bernina.
Malgré toute mes précautions pour faciliter la couture de ce cuir épais, j’ai eu de belles difficultés en piquant la dernière pièce (le devant). Une fois que l’ouvrage est presque entièrement monté, il n’est plus à plat mais en volume. Ce qui en rend la manipulation pénible sous le pied de biche de ma mac familiale.La dernière étape consiste à poser le fermoir cartable.Ce fermoir se pose sans aucune difficulté et sans outil particulier. Et c’est terminé!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share
,

Bonjour!

Aujourd’hui je vous présente une nouvelle réalisation. C’est un étui, un genre de porte monnaie en forme de petit cartable, que j’ai cousu pour offrir.IMG_0802 copieUne petite réalisation dont je dirais volontiers qu’elle est simple et rapide si le cuir épais et rigide ne gênait pas autant lors de la couture. Cette qualité de cuir ne convient pas à ma machine à coudre familiale. Il s’agit de la Bernina B 215, que j’ai depuis moins d’un an. Elle est d’ordinaire plutôt satisfaisante dans ce domaine. Elle est plus performante que ma mac précédente (Husqvarana Emerald). Mais évidement, ça reste une familiale, je ne peux pas coudre du cuir trop épais..IMG_0830 copiePour faciliter la couture de telles épaisseurs, j’ai aminci les bord sur l’envers du cuir, en enlevant des couches de matières avec un tranchet. Ca fait la différence. Le moteur de la mac ne force presque pas. L’aiguille spécial cuir rentre aisément dans la matière. Le piquage se passe sans encombre.IMG_0806 copieCe que j’ai trouvé compliqué, c’est de piquer le long des bordures courbes. C’est là que le volume de cuir gêne. Celui de la pièce qui constitue le fond et les côtés. L’ouvrage n’est désormais plus « à plat » mais « en volume ». Vu que le cuir est épais et rigide, il empêche l’amenage de l’ouvrage et la pièce fond/côtés forme un bourrelet qui a du mal à passer sour le pied presseur. C’est le dernier angle qui a été le plus pénible. J’étais gênée par  le volume de l’ouvrage alors pratiquement terminé.IMG_0818 copieVoici le passant qui permet l’accrochage à la ceinture:IMG_0840 copieIMG_0866 copieIMG_0850 copie

J’espère que ça vous a plu. En vous souhaitant un excellent week-end et mes meilleurs vœux pour l’année 2017!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share